La majorité de la population a un habitat sans toilettes. Ce qui fait que la population défèque dans des sacs plastiques, dans de vulgaires trous ou tout simplement  à l’air libre.

Autant de situations qui aboutissent à la création de stocks de déchets non-évacués, devenant rapidement des réservoirs de microbes, à la portée de tous et  source de contamination pour l’eau.

Le manque de latrines est un des facteurs les plus aggravants de la propagation des maladies dites hydriques :   le choléra, la fièvre typhoïde, la diphtérie, la dysenterie, l’hépatite A et les diarrhées infectieuses.

                L’insuffisance des latrines a des répercussions négatives sur la fréquentation scolaire, les activités économiques, la santé et l’environnement, sans oublier le temps perdu pour trouver un endroit discret pour faire ses besoins et les risques de piqures d’insectes et les morsures de serpents.

Permettre aux habitants  d’avoir accès à des latrines modernes publiques.

              Assainir le  village de tout excrément humain et ainsi permettre aux habitants de vivre dans un environnement plus sain.

Mettre en place une structure d'encadrement de recherche de vulgarisation et de formation et de rassembler dans la localité tous les acteurs intervenant dans le secteur de l'environnement et de l'assainissement.

Appuyer les acteurs de la coopération décentralisée et non-gouvernementale.

Mettre en place un comité de gestion dans lequel les femmes sont bien représentées.

 

Recueillir et transmettre les expériences acquises dans les projets similaires et les vulgariser dans toute la localité et à d’autres groupes de population en situation comparable.

Réalisation de latrines à Yopé